Journées trisomie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 avril 2019

WE de printemps 2019

Comme chaque année l’ASJSA a reçu une dizaine de jeunes personnes trisomiques 21 pour le weekend de printemps. Grande Marie (la plus ancienne amie de l’ASJSA !) et Mathilde avaient aussi répondu présentes à l’invitation. Une toute première pour Mathide ! Autour de l’anniversaire de Clémence qui avait 20 ans, de nombreuses activités ont été proposées : Se déguiser, jeux d’équipes dans le parc, temps chanté, repas festif, soirée dansante et un temps de réflexion sur les textes du jour qui a été riche en partages profonds et personnels.

Déguisés

Beaucoup de joie, d’amitié et de compassion ont accompagnés tous les temps du weekend. Les jeunes se sont dit aurevoir et se sont donnés rendez-vous cet été !

jeudi 21 mars 2019

21 mars 2019 : journée mondiale de la trisomie 21

Être handicapé, n’est-ce pas le lot de chacun ? Être handicapé, c’est avoir quelque chose en moins que les autres : ne pas pouvoir voir, entendre, se déplacer, ne pas pouvoir trouver de travail. Une Création, un univers créé par Dieu où existe le handicap, cela nous interroge. Bien sûr, le handicap a aussi un double visage. On peut être mal-voyant et musicien, mal-entendant et artiste, en chaise roulante et enseignant. Mais, encore plus profondément, le handicap n’est-il pas un miroir où chacun de nous est contraint de se regarder : contraint de regarder nos priorités, contraint de regarder ce que nous considérons comme étant la normalité, comme étant la réussite. Être handicapé, c’est peut-être avoir quelque chose en moins et quelque chose en plus, mais c’est sûrement être différent, ne pas pouvoir pleinement correspondre à l’image que nos sociétés renvoient de l’homme parfait ou de la femme parfaite.

Chaussettes 1

Rencontrer une personne handicapée, c’est se confronter à la différence, à notre différence. Regarder la personne au-delà de son handicap et pourtant avec son handicap. À la fois aveugle, sourde, invalide, trisomique, et pourtant personne humaine pleinement aimée de Dieu. Et nous qui cachons nos handicaps, qui apprenons à maquiller nos faiblesses, nos écarts à la normalité, saurons-nous être aimé de Dieu ? Le handicap met au pied d’un mur. On peut refuser de voir le mur, faire comme s’il n’existait pas. On peut aussi l’accepter et s’appuyer dessus pour construire quelque chose de beau, quelque chose d’unique. Rencontrer la personne handicapée, c’est nous offrir la possibilité de non seulement rencontrer l’autre, notre prochain, mais aussi de sortir de nous-même, de nous regarder dans notre dénuement, dans nos handicaps, de devenir capables de la rencontre car le handicap n’est plus qu’une différence parmi d’autres, une infirmité qui n’interdit pas l’essentiel : la joie d’aimer

Chaussettes 2

Et cette joie d’aimer nous la fêtons le 21 mars ! Pourquoi cette date ? Est-ce parce que c’est le printemps ? parce que l’on se réjouit de voir l’hivers terminé ? parce que les premiers bourgeons montrent leur nez ? Bien sûr c’est un peu tout cela mais c’est surtout parce que c’est la journée mondiale de la trisomie 21. Une date qui rime avec printemps, chaleur, douceur, vie, une date qui correspond au 21 -ème jour du troisième mois de l’année ! Petit clin d’œil de ce troisième chromosome sur la 21eme paire qui fait la différence !

Chaussettes 3

Proposée par l’association « Down Syndrome International » porter des chaussettes dépareillées pour la journée mondiale de la Trisomie 21 a pour objectif de valoriser la diversité et la différence. Cette action, baptisée « Lots of socks » est une opportunité pour faire connaître les conditions de vie des personnes avec une trisomie, ainsi que les associations et organismes qui œuvrent pour un meilleur accompagnement. Ne soyez donc pas étonnés le 21 mars de découvrir que de nombreuses personnes portent des chaussettes différentes et osez-vous aussi des chaussettes dépareillées, une façon simple pour oser la rencontre avec l’autre différent et peut-être demander : Être handicapé, n’est-ce pas le lot de chacun ?

Défilé de chaussettes

dimanche 19 mars 2017

18 et 19 mars 2017 WE de printemps

La différence est une chance : Journée mondiale de la T 21

Article_BP_14_mars_2017_001.jpg

Le samedi, ils étaient une douzaine de jeunes trisomiques à avoir affronté la pluie pour venir participer au grand jeu d’équipes organisé par les guides et les scouts de la troupe Suf Saint Jean-Paul II de Dijon. Sur le thème de la musique, nos amis ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour faire gagner leurs équipes « Piano », « Flûte traversière », « guitare » et « saxo ». Après la remise des coupes, le père Claude Andriot, aumônier de l’ASJSA a animé une rencontre de discussion avec les jeunes. Le dîner et la veillée ont permis de rire, de plaisanter et de rêver sur un conte mimé et raconté.

concert 2017

Et le lendemain, une partie de la troupe de l’Harmonie du Mirebellois et du petit sympho est venue partager le repas : mont d'or, gâteaux et ambiance festive au rendez-vous. Puis le concert en trois parties dans la salle des fêtes de Pontailler sur Saône :

  • Le petit sympho du Mirebellois qui jouait du « Medley »;
  • Cinq morceaux joués par Marie et Hélène (flûte traversière), Clémence et Philippine (piano) et Bérénice (guitare), jeunes filles Trisomiques 21;

concert triso

* L’orchestre d’harmonie du Mirebellois.

Un public plein d’attention et étonné d’entendre des jeunes filles « différentes » jouer avec bonheur et fierté. Grands applaudissements et grande émotion quand Marie, Philippine et Hélène ont demandé le micro pour dire combien elles remerciaient le public et combien elles étaient heureuses d’avoir pu jouer comme les autres.

dimanche 5 juin 2016

Samedi 4 et dimanche 5 juin 2016 : souris, girafes et lapins… la ferme se déplace !

Le weekend des 4 et 5 juin s’est déroulé sous le soleil, dans la joie et la bonne humeur !

Un_encadrement_feminin.jpg

Les routiers Suf de Beaune et les guides aînées de Dijon étaient présents et ont animé grand jeu et veillée. Sur le thème des animaux, les jeunes personnes trisomiques ont vu l’équipe des souris, celle des lapins et celle des girafes s’entrainaient et s’entraidaient pour faire face au lion, qui étonné par cette troupe d’amis peu communs (comment imaginer tous ces animaux si différents qui s’unissent et se rencontrent en toute amitié ?) a lâché prise et s’est laissé convaincre que dévorer les autres n’était pas le plus beau but de la vie mais qu’avancer ensemble, Ah ça oui , cela valait le coup, celui déjà de ne plus être seul !

Avec_aussi_une_contribution_plus_physique.jpg

Le soir la veillée a été temps de repos avec mimes et chants sur les…animaux. La journée s’est terminée par les traditionnels chamallows grillés au feu de bois !

Une rencontre à la ferme

Dimanche : la ferme (de Bénédicte et Bruno de Groulard) s’est déplacée jusqu’à nos jeunes amis : découvertes des animaux, soins à leur apporter et promenades en calèche. Bénédicte et Bruno ont eu un grand succès en arrivant avec leur camionnette. Après avoir sorti et installé les animaux, ils ont donné des explications, avec calme et patience, sur leur vie, leur comportement, leur utilité Tout cela s’est déroulé dans la bonne humeur en étant particulièrement vigilant aux réactions de chacun. Dans un deuxième temps les jeunes ont soigné puis nourri les animaux. Et après le repas partagé ils ont été fiers de monter dans la calèche et certains ont demandé à faire plusieurs promenades !

La_ferme_se_deplace_sur_le_pont_de_la_vieille_Saone.jpg

La journée s’est terminée avec le concert de Raoul Mutin, concert pendant lequel nos jeunes amis sont montés sur scène ! Le père Claude Andriot a entouré cette belle troupe tout le long du weekend.

dimanche 17 mai 2015

Samedi 16 et dimanche 17 mai 2015: regarde ta faiblesse en face et fais-en une force !

Samedi, des jeunes guides et routiers ont rencontré et encadré les jeunes trisomiques autour du thème de "Il était une fois dans l'ouest" à Pontailler sur Saône : Cow-boys, indiens, tribus diverses, plumes, étoiles de shérif étaient au rendez-vous. Après le grand jeu en bord de Saône et avant la soirée au bord du feu, les jeunes ont partagé un temps de réflexion Le dimanche a commencé par une célébration, suivie d'un repas partagé, de la conférence d’Albert Rouet avec un temps de réflexion en groupes et une mise en commun, puis Raoul Mutin a chanté et fait participer nos jeunes amis trisomiques en créant un véritable temps de communion.

a_la_salle_des_fetes.png

dimanche 22 mars 2015

Le concert pour la journée mondiale de la trisomie 21: 21/22 mars 2015

Organisé par l’École de Musique du Mirebellois en lien avec l’ASJSA. Au programme : musiques de films jouées par le Petit Sympho et l’Harmonie avec la participation de Marie et Philippine, jeunes femmes trisomiques.

Deux cent personnes étaient au rendez-vous et le public chaleureux a été conquis par les jeunes personnes trisomiques qui ont pu rencontrer les musiciens et, pour certains, essayer leur instrument.

Une partie des musiciens a déjeuné avec le groupe de jeunes personnes trisomiques.

dimanche 6 avril 2014

Samedi 5 et dimanche 6 avril 2014: Cultivons la différence

Des jeux par équipes

L’ASJSA a accueilli 17 jeunes trisomiques de Bourgogne et de Franche-Comté et 21 guides de France de Soissons pour une journée de rencontre mutuelle. Un grand jeu sur les bords de la Saône a permis la rencontre et la découverte des dons de chacun. Avant le repas et la veillée organisée par les guides, les 17 jeunes ont discuté avec Mgr Albert Rouet. Un véritable dialogue s’est instauré avec pour sujets : la différence, les joies et les difficultés à être trisomiques, l’adoption, le rôle des parents...

En bord de Saône

Ces jeunes se sont retrouvés le lendemain avec des scouts dijonnais et beaunois, des personnes handicapées vivants en établissements d’accueil ou chez elles, et des personnes dites « normales »,à la paroisse Elisabeth de la Trinité à Dijon pour cultiver leurs différences.

La journée a commencé à 9h30 par des ateliers en petits groupes mélangeant personnes reconnues comme handicapées et personnes considérées comme normales. Chacun a pu exprimer par des images, des textes, la richesse de la différence. Différences de couleur, de genre, de handicap, de langage, de taille, de dons artistiques, musicaux, physiques et/ou intellectuels. Après une célébration dominicale qui a permis de rassembler les apports de chacun, les discussions se sont poursuivies autour d’un repas. A 14h, Mgr Albert Rouet (évêque émérite du diocèse de Poitiers) a exposé la question de l’autre comme pouvant nous aider à avancer dans notre quête du spirituel. Il a montré comment chacun de nous est responsable de son cheminement spirituel et comment les personnes dites handicapées non seulement ne sont pas exclues de cette recherche mais que, bien plus, elles nous indiquent un chemin par leur détachement (parfois subi) d’un monde purement matérialiste et par une certaine forme de pauvreté.

La conférence s’est poursuivie par des échanges en petits groupes avant de se retrouver tous autour du P. Raoul Mutin qui, par ses chansons, a invité à être vivant avec ses différences. Dans les refrains qui ont été repris en chœur par toute l’assemblée, il n’était plus possible de distinguer ce qui était un handicap de ce qui ne l’était pas. Chacun chantait en communion avec son voisin. La différence est apparue comme une opportunité de rencontre dans le respect de l’autre. Cette rencontre a été soutenue par l’OCH, Foi et lumière et Simon de Cyrène projet Dijon.